Une rencontre constructive entre la Ville et Les potagers des nues mains

La semaine dernière, la Ville de Sutton, représentée par les conseillères Lynda Graham et Dominique Parent et par le directeur de l’urbanisme Alain Beauregard, a rencontré les représentantes de l’entreprise Les potagers des nues mains, Anne-Marie Courtemanche et Catherine Zellweger, dûment inscrites en tant que lobbyistes, comme la Loi l’exige.

Dans un esprit de collaboration, chacun a pu donner son point de vue sur une situation complexe qui soulève des enjeux plus larges sur le développement de l’agriculture de proximité dans le territoire.

En effet, la réglementation actuelle de la Ville de Sutton ne permet pas plusieurs pratiques qui seraient notamment nécessaires aux fermes maraîchères de petite taille, comme l’installation de certaines structures déplaçables, modulables ou démontables, ou certains modes d’opération des kiosques de vente.

Tel qu’énoncé dans la résolution adoptée par le conseil municipal le 5 octobre dernier, la Ville est très sensible à la question agricole. À titre d’information, une des sept grandes orientations d’aménagement de son plan d’urbanisme actuel vise à protéger, mettre en valeur et favoriser le développement et la diversification des activités et des modes de production de l’agriculture. L’objectif est d’assurer l’intégrité du milieu agricole et la diversification des activités et des modes de production. Parmi les actions prévues, il est stipulé de : favoriser l’implantation d’entreprises agricoles de petite taille; favoriser le développement des produits du terroir; protéger le territoire agricole par la gestion des usages et des activités. De même, le 22 octobre dernier, le gouvernement du Québec a publié son nouveau Plan d’agriculture durable qui place les productrices et producteurs agricoles au cœur de l’action et du développement économique. Ce Plan cite notamment l’agriculture biologique en tant que moyen de protection de l’environnement et de maintien de la biodiversité.

Ainsi, afin de régler le litige en cours tout en respectant la réglementation et le plan d’urbanisme de la Ville, plusieurs options ont été envisagées entre les parties, marquant leur volonté commune de trouver des solutions viables. De nouvelles rencontres de travail sont prévues prochainement.