Si ces chemins pouvaient parler : récits de Sutton

Circuit audioguidé no3 - gratuit

© Archives personnelles de Nigel Goodall / Collection Jean Wilson Logan, archives personnelles de Dominique Parent /
Archives personnelles de Gwen Morton Davies

Si ces chemins pouvaient parler, ils vous raconteraient la vie mouvementée des habitants de la frontière dans le dynamisme de la prohibition et l’essor touristique du début du 20e siècle. Prenez part à ce circuit patrimonial qui s’écoute comme un radio roman, où l’intrigue historique est baignée dans la musique et les effets sonores. « On ne sait jamais, Pearl, ce qui peut t’arriver à Glen Sutton? » Ainsi commence l’histoire, avec l’arrivée de l’orpheline dans ce hameau des Cantons-de-l’Est. Oui, Pearl Porter (1895 – 1982) est enterrée au cimetière de Glen Sutton mais son esprit vagabonde sur la route, avec vous. Un parcours culturel où se conjuguent paysages remarquables, architecture américaine, contes et récits… tout un patrimoine à découvrir dans un hameau niché au creux d’une vallée entourée de montagnes et où coule la rivière Missisquoi, tantôt calme, tantôt rageuse…

Écoutez la bande-annonce :

Vingt comédiens professionnels et amateurs donnent vie aux personnages colorés qui habitent toujours la mémoire des aînés de Glen Sutton, un des neuf hameaux du canton de Sutton. Venez visiter les lieux où ils renaissent dans une intrigue aux multiples fenêtres temporelles écrite par Andrée Pelletier, co-scénariste de la télésérie Blanche, la suite des Filles de Caleb.

Ce circuit patrimonial audioguidé suit le tracé pittoresque du Chemin des Cantons, une route touristique signalisée mettant en valeur le patrimoine anglo-américain des Cantons-de-l’Est. Un parcours pédestre vous attend au hameau.

Note aux citoyens et visiteurs : Ce récit est largement inspiré des témoignages des aînés de Glen Sutton, notamment celui de Jean Wilson Logan, la fille de Pearl Porter. Des adaptations ont été nécessaires pour créer le parcours, il ne s'agit donc pas d'un récit biographique. Les recherches d'Héritage Sutton ont permis de situer les lieux et les événements aux différentes époques. 

Glen Sutton est l’un des plus anciens hameaux du canton de Sutton. Il est situé dans un décor exceptionnel, entouré de montagnes et traversé par la rivière Missisquoi. Venez admirer ses pâturages, ses granges et maisons anciennes sur un parcours pittoresque qui suit le tracé du Chemin des Cantons : une route touristique mettant en valeur le patrimoine anglo-américain des Cantons-de-l’Est.

Deux études soulignent que les paysages de la vallée de la rivière Missisquoi, dans la portion située sur le territoire de Sutton et incluant le hameau de Glen Sutton, ont un intérêt national, voire international, et un haut niveau de sensibilité visuelle. De plus, les berges de la rivière sont en zone de crue, ce qui crée un patrimoine naturel riche.

La vallée de la Missisquoi est aussi le symbole de la vie quotidienne transfrontalière qui a été celle des résidents de Glen Sutton pendant plus d’un siècle : familles habitant des deux côtés de la frontière, bâtiment à cheval sur « les lignes », contrebande d’alcool dans les années de prohibition aux États-Unis, entreprises « internationales », architecture reprenant celle du Vermont et de la Nouvelle-Angleterre. On peut donc parler de « culture de la frontière », une identité forgée depuis les débuts de la colonisation, en 1799.

1816 est connue comme l’année des morts gelés, l’année des morts de faim…

En 1816 dans tout l’hémisphère nord, l’équilibre écologique est rompu. Un nombre incalculable d’espèces d’oiseaux qu’on n’aperçoit normalement que dans les profondeurs des bois, envahissent les villes. Des oiseaux tombent raides morts en pleine rue. Les arbres perdent leurs feuilles à peine écloses. Ailleurs sur la planète, la neige tombe teintée de brun, bleu, jaune et parfois même de rouge!

Les gens se mettent à spéculer sur les causes probables de ce phénomène. Certains blâment les taches solaires, d’autres un Dieu vengeur. Certains vont mêmes jusqu’à rejeter la faute sur Benjamin Franklin, dont le paratonnerre récemment inventé et popularisé rapidement empêcherait le soleil de réchauffer la Terre.

La vraie cause scientifiquement établie est plutôt l’explosion du volcan indonésien Tambora. Sa puissance a été telle que des milliers de mètres cubes de débris et de cendre, sans oublier 200 millions de tonnes de gaz de dioxyde de soufre, ont été projetés dans la stratosphère. Une fine poussière a recouvert entièrement la planète pendant quelques années, limitant ainsi la quantité de lumière solaire qui se rendait au sol. C’est ainsi que la température terrestre a chuté drastiquement, particulièrement dans l’hémisphère nord.

Mentionnons qu’à Sutton, les pionniers ont planté du maïs, des pommes de terre et des fèves en deuxième culture entre les deux périodes de gels mais n’ont récolté que du désespoir. Le maïs étant la base de l’alimentation des familles pauvres et, avec sa perte, la famine devient inévitable. Plus globalement, moins de 10% des récoltes habituelles ont pu être sauvées dans certains secteurs du Québec. Avec la basse quantité des denrées disponibles, leur prix explose, les rendant souvent inaccessibles.

En Europe, la famine provoque des émeutes : une foule armée prend d’assaut les boulangeries et les marchés au grain. Certains historiens croient que cette famine aurait créé les conditions propices à l’épidémie de typhus qui a tué des millions de gens de 1817 à 1819. Mary Shelley s’est inspirée de la noirceur de 1816 et des nuits de tempête pour écrire son roman Frankenstein. On peut donc entrevoir l’ambiance glauque qui y régnait.

Dans notre région, 1816 est « la goutte qui a fait déborder le vase » pour beaucoup de pionniers qui n’en peuvent plus de la misère des premières années d’installation. Plusieurs partent vivre en ville ou vers l’Ouest (tels que l’Ohio et les Territoires du Nord-Ouest), convaincus que le climat de Sutton a changé de façon permanente. Richford, de l’autre côté de la frontière, est devenu une ville fantôme. Les quelques habitants ayant décidé d’y rester survivent alors difficilement.

L’histoire de la famille Jones se retrouve dans le premier livre d’histoire des Cantons-de-l’Est.
Ce texte reprend les grandes lignes de l’article de Carol-Ann Griffin « Sutton’s Year Without a Summer » paru dans le cahier 4 d’Héritage Sutton publié en 2004. Les cahiers d’histoire sont une mine d’information sur le patrimoine local.


L’église historique de Glen Sutton ouvre ses portes aux groupes de visiteurs. S.V.P. réserver au moins trois jours avant de se présenter sur les lieux. Tél. : 514 948-1313 ou écrire à [email protected]


Vous pouvez voir un extrait du circuit sur le site internet de GuidiGO.

Ce parcours a été rendu possible grâce à la participation financière de la Ville de Sutton et du Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Pour en connaître davantage sur l’histoire de Sutton, visitez le musée des communications et d’histoire de Sutton.
L’exposition permanente présente notamment un complément d’informations sur le grand feu.
La société d’histoire Héritage Sutton publie régulièrement des cahiers historiques en vente en plusieurs endroits au village ou via leur site internet.

Musée des communications et d’histoire de Sutton

Contact: Richard Leclerc Travail 32, rue Principale Sud Sutton QC J0E 2K0 : 514 891-9560 Site internet: museedesutton.com

Société d’histoire Héritage Sutton

Travail 11, rue Principale Sud Sutton QC J0E 2K0 Site internet: heritagesutton.ca

Points de vente des cahiers d’histoire :

  • Friperie Les Bons Débarras : 29 rue Principale Nord (centre d’achats)
  • Le Cafetier : 9 rue Principale Nord
  • Bureau d’accueil touristique : 24-A rue Principale Sud (face à l’hôtel-de-ville)

Instructions de téléchargement de l’audioguide

Circuit 3 - Si ces chemins pouvaient parler : récits de Sutton
Étapes : 24 étapes | Durée : 3 h 30 | Audio : 103 min | Distance : 38 km (43 km si retour par Abercorn)
1.

Vous devez d’abord télécharger l’application gratuite GuidiGO à partir de votre téléphone ou votre tablette.
(via App store pour les détenteurs d’un Iphone ou via Google Play pour ceux qui possèdent un appareil Androïd).

App-Store-FRgoogle-play-badge-FR

2. Téléchargez ensuite le circuit : 

  • Sur votre téléphone ou votre tablette, ouvrez l'application GuidiGO.
  • Cliquez sur GO Store (Apple) ou Rechercher (Android);
  • Sélectionnez Choisir un lieu (Apple) ou Lieux (Android);
  • Déroulez le menu jusqu’à Canada et choisissez Sutton. Sélectionnez ensuite le circuit patrimonial gratuit de Sutton que vous voulez télécharger.

* Si vous utilisez GuidiGO pour la première fois, vous devrez vous connecter (via votre courriel, Facebook ou Google).

* Nous vous recommandons de télécharger le circuit avant de venir à Sutton car le téléchargement peut durer de 10 à 40 minutes selon la puissance de votre lien internet. Le bureau d’accueil touristique pourra vous dépanner si vous décidez de parcourir un circuit une fois à Sutton. Vous y aurez accès au wifi gratuit.

3. Vous trouverez votre circuit téléchargé dans l’onglet « Mes visites » (sur Android) ou « Bibliothèque » (sur Apple).
4.
Pour que votre visite soit la plus simple et agréable possible, nous vous suggérons fortement d’imprimer les conseils d’utilisation et les indications pour vous rendre aux différentes étapes du circuit.

Ces documents sont aussi disponibles au bureau d’accueil touristique.

Découvrez notre premier circuit - Sur la trace des pionniers : contes de Sutton

Découvrez notre 2e circuit - Mémoire des hameaux : contes et récits de Sutton